Victor, Alfred, Paul Vignon (1847 - 1909)

Victor, Alfred, Paul Vignon est un artiste peintre et graveur français, né en 1847 à Villers-Cotterêts, Aisne, décédé et inhumé à Meulan, Yvelines en 1909.

Biographie de Victor Vignon

Biographie de Victor Vignon

Victor, Alfred, Paul Vignon est un artiste peintre et graveur français, né en 1847 à Villers-Cotterêts, Aisne, décédé et inhumé à Meulan, Yvelines en 1909.
Son père Rémy Victor Vignon, né en 1818, est marchand d'épices à Villers-Cotterêts. Il est marié à Catherine, Anastase, Apolline, Bouchard, née en 1826.
En 1869 Victor Vignon reçoit les conseils de Corot.
En 1874 il travaille à Honfleur en même temps qu'Adolphe-Félix Cals, dans ce port normand où séjournent de nombreux peintres.
En 1875 il peint à Noroy-sur-Ourcq dans le département de l'Aisne puis à Clamart.
En 1876-1877 il travaille à Bougival et à Auvers-sur-Oise.
En 1879 il participe à une exposition de Pau avec Boudin, Caillebotte, Cals et Sisley.
En 1880 il séjourne au quartier du Valhermeil à Auvers-sur-Oise et participe à la 5ème exposition impressionniste, ainsi qu'à la 6ème en 1881.
En 1882 il séjourne au quartier de Chaponval (Auvers-sur-Oise) et expose à la 7ème exposition du groupe.
En 1883 il séjourne à Bonneville, près de Pontoise. Le 23 janvier Théo Van Gogh achète le paysage de Vignon "Jeune fille dans les vignes", auprès du graveur Henri Guérard. Ce tableau figure aujourd'hui dans les collections du Rijksmuseum Vincent Van Gogh.
De 1884 à 1889 il séjourne et peint à Auvers-sur-Oise, Vaux-sur-Oise, Jouy-le-Comte, l'Isle-Adam, Parmain, Morcourt, Béthancourt, Varengeville, Noroy et Nesles-la-Vallée. Il participe à la 8ème exposition impressionniste en 1886.
En 1890 il travaille à Chenival où il peint "Chaumières à Chenival".
En 1894 et 1901 2 expositions personnelles se déroulent à la Galerie Georges Petit, Paris.
En 1902 il habite à Mareil-sur-Maudre et à Aincourt. Sa vue se dégrade.
En 1903 une vente a son profit, de ses œuvres offertes par Fantin-Latour, Renoir, Monet et Pissarro, est organisée le 4 juin par Julie Manet-Rouart et Durand-Ruel. Les œuvres de Vignon appartenant à Arsène Alexandre et Georges Feydeau sont aussi vendues.
En 1906 la vente de 14 œuvres de la collection M. F. Stumpf est réalisée à la Galerie Georges Petit.
En 1907, 7 œuvres de la collection Georges Viau sont vendues à la Galerie Durand-Ruel.
1909, le 17 mars à Meulan, Victor Vignon décède à son domicile au 17 de la rue de Beauvais, et il est enterré dans de cimetière de cette ville.
La ville de Meulan dans sa lettre d'information N°284 d'avril 2012 a glissé un encart sur le peintre, Victor Vignon qui repose dans cette cité en présentant une reproduction de son œuvre : "Entrée au village" de 1874.
Victor est issu d'un milieu aisé. Sa mère, la sculptrice Marie-Noémi Cadiot, (qui avait également le pseudonyme de Madame Claude Vignon), possède un hôtel particulier que Puvis de Chavannes se charge de décorer entre 1850 et 1860.
Élève de Camille Corot, conseillé par Adolphe-Félix Cals, Vignon a d'abord travaillé à Clamart, puis à Bougival, puis à La Celle-Saint-Cloud. Il déménage ensuite pour Pontoise, puis pour Jouy-le-Comte. Vers 1870 il s'installe à Auvers-sur-Oise, en compagnie de Camille Pissarro, Guillaumin et Paul Cézanne, où il peint des sujets identiques aux leurs : "Chemin de Chaponval" (1881), "La Côte Saint-Nicolas à Auvers" (1882). Il s'installe ensuite à Nesles-la-Vallée à Eragny et à l'Isle-Adam comme Jean-Baptiste Corot.
Vignon est très lié avec Théo et Vincent Van Gogh, le docteur Paul Gachet, et le pâtissier-écrivain-peintre Eugène Murer qui lui achète quatre tableaux : "Soleil couchant orageux", "Effet d'automne", "Femme à la chèvre", "Matin d'hiver", "Les Peupliers d'or", "Matin sauvage".
En 1886 il demeure à Jouy-le-Comte et participe à la huitième et dernière exposition des peintres Impressionnistes qui se déroule à la Maison Dorée.
Vignon n'a jamais connu le succès des autres impressionnistes. De grands collectionneurs lui apportèrent un soutien qui lui permit longtemps de travailler sans souci. En 1900 c'est grâce au Docteur Viau que l'un de ses tableaux figure à l'exposition universelle de 1900.
L'histoire de l’impressionnisme aussi comptera ses petits maîtres: Albert Lebourg, Victor Vignon; l'un, plus ouaté, sous la neige du soir; l'autre, plus aigu, dans la verdure. Petits maîtres, non par l’infériorité de leurs petits cadres, mais par la simplicité de leur caractère. Un philosophe rustique, tel est le peintre amoureux d'Auvers et de Vétheuil. Personnel, il a fui Paris pour interroger les masures, l'humble village et la vallée verte.
Dans un format toujours modeste comme ses ambitions, il peint des figurines hâlées, des natures mortes qu'il reprend sur le cuivre, des paysages surtout
Parmi les grands collectionneurs possédant des œuvres de Victor Vignon : Georges Viau dont la collection sera dispersée en 1907 et 1909 et Stumpf, dont la dispersion des collections en 1906, fait apparaître une quinzaine de toiles de l'artiste. On cite aussi le comte Doria, M. Rouart, Gallimard père, N.-A. Hazard (l'historien de Honoré Daumier), les critiques Arsène Alexandre et Roger Marx. Et enfin F. Stumpf. Ce dernier grand collectionneur, ami de Camille Corot et Jules Dupré, posséda jusqu'à 150 peintures de Vignon, et fut peut être à l'origine des séjours du peintre dans la région de l'Isle-Adam.

La critique et les refus :
Souvent critiqué par les éditorialistes: Roger Marx, Félix Fénéon, Victor Vignon n'a pas de forte notoriété alors qu'il était très apprécié des collectionneurs.
Vignon est attaqué dès 1894 par Roger Marx dans la préface de la rétrospective de l'artiste organisée chez Bernheim lui reprochant d'avoir choisi comme initiateurs les maîtres hollandais. Il explique ainsi pourquoi Vignon n'a été admis qu'une seule fois au salon : en 1878 avec "Les Châtaigniers un soir d'hiver" et "La Seine à Bougival un soir de printemps" : « Cet art réaliste et réfléchi (lui) a attiré systématiquement le refus du Salon. »
Lors de l'exposition de 1877 Armand Sylvestre signale la présence de Vignon avec cette remarque: « Il appartient à la catégorie des classiques malgré eux. »
Le critique d'art, Félix Fénéon rendait justice aux impressionnistes puis post-impressionnistes quand ses confrères encensaient les peintres 'pompiers'. Il contribua à faire connaître, tout d'abord, Seurat, puis Camille Pissarro déjà bien installé, Paul Signac, Van Dongen, Henri Matisse et Maurice Denis.
Fénéon commente ainsi les dix neuf tableaux présentés par Vignon à l'exposition impressionniste de 1886 : « P.V Vignon empile les rochers, arbres, et maisons, en des ensembles invariables et ternes. »
1886 est l'année de la rupture au sein de l'impressionnisme, avec le développement du néo-impressionnisme, lors de la dernière exposition du groupe. Pissarro nomme alors les peintres les plus timorés au sein du groupe, "l'arrière-garde" que Félix Fénéon appelle "la bande trop fidèle des comparses" de Degas (Marie Bracquemond, Charles-Victor Tillot, Staninslas-Henri Rouart, Victor Vignon, Federico Zandomeneghi, Jean-Louis Forain). Le Comte Armand Doria collectionneur au XIXème siècle avait «... dès le temps où la personnalité de Vignon s'était dégagée, compris qu'il y avait là un talent très digne d'être encouragé. » (cf " Collection de M. Le Comte Armand Doria, tome premier : Catalogue de Tableaux Modernes , 1899).

Œuvres dans les collections publiques
Répertoriés à ce jour ( liste non exhaustive ) en ventes publiques : quelque 250 toiles, une douzaine de dessins et quelques estampes.
Au contraire, très peu d'œuvres se trouvent dans les collections publiques :
1880 - Le hameau de Valhermeil à Auvers-sur-Oise, Musée Bonnat-Helleu de Bayonne
1880 - Chemin des Frileuses à Evecquemeont, Musée d'Orsay
1880 - Paysage à Auvers-sur-Oise, maisons dans le vallon, Musée d'Orsay
vers 1880 - Nature morte aux oranges de Victor Vignon, Baltimore Museum of Art, Baltimore
vers 1880 - Paysage au printemps, Baltimore Museum of Art, Baltimore
vers 1880 - La ferme Saint Lubin, Musée de Pontoise
1877/85 - La route de la Falaise, Paysanne aux champs, La route près des chaumières, 2 autres ?, Musée Faure à Aix-les-Bains, Savoie
- Paysage à Pontoise, Kunsthalle de Brême
- Paysage, Musée des Beaux-Arts de Reims, Marne
1893 - La Vache de Victor Vignon

Expositions de Victor Vignon
1894 - Galerie Bernheim Jeune à Paris (peintures et gravures) Avril
1901 - Galerie Georges Petit 12 rue Godot-de-Mauroy à Paris grande rétrospective des tableaux de V. Vignon du 2 au 30 avril
1921 - Chez Bernheim-Jeune, du 6 au 16 avril, l'exposition rétrospective de Victor Vignon
(voir "Le bulletin de la vie artistique" du 1er avril 1921 - MM. BERNHEIM-JEUNE, ÉDITEURS D'ART)
2002 - Musée Tavet-Delacour, Pontoise, Oise, du 25 mai au 15 septembre 2002
C'est la 1ère exposition personnelle qui est dédiée par un musée, à Victor Vignon.
Le musée de Pontoise voulait attirer l'attention sur une œuvre de qualité qui s'inscrit dans l'histoire de l'impressionnisme et qui éclaire d'un jour précieux la révolution picturale qui dessina une rupture entre les peintres de l'école de Barbizon de 1830 et les peintres impressionnistes qui comme Pissarro après s'être réclamés un certain temps du maître Corot, inventèrent une nouvelle esthétique.
2007 - Musée Tavet-Delcour à Pontoise du 26 mai au 23 septembre 2007 : L'impressionnisme dans la vallée de l'Oise
Exposition l'arbre dans la peinture de paysage, de Corot à Matisse de 1850 à 1920 15 avril au 8 juillet 2012, Musée Tavet-Delacour à Pontoise : 58 peintres exposés dont Victor Vignon.

Bibliographie

- Victor Vignon 1847-1909, Musée Tavet-delacour, Pontoise : Fascicule de 31 pages (50 œuvres reproduites), de l'exposition, 25 mai-15 septembre 2002, organisée par la ville de Pontoise (Commissaire de l'exposition : Christophe Duvivier, Directeur des Musées de Pontoise)
« L'œuvre de Victor Vignon est effectivement une œuvre solide qui participe pleinement de l'art de son temps. C'est aussi une œuvre attachante par sa vision sincère et poétique de nos paysages, par son sens du terroir comme le disait Camille Pissarro. » (Philippe Houillon, maire de Pontoise)
- Pierre Cabanne et Gérard Schurr, Dictionnaire des petits maîtres de la peinture. Editeur : Amateur (12 mars 2003), 1120 pages
- Thérése Burollet, Dictionnaire Universel de l'Art et des Artistes, Editions Hazan, Paris, 1967
- Théodore Duret, Histoire des Peintres Impressionnistes, Editions Fleury, 1922
- Larousse, Encyclopédie de la peinture
- La Chronique des Arts et de la curiosité, supplément de la Gazette des Beaux-arts de 1886-1891-1901
- Catalogue de la première exposition des Impressionnistes, 35 Bd des Capucines, Imp. Alcan-Lévy Paris, 1874
- Benoît Noël, Jean Hournon, La Seine au temps des Canotiers, Arom-Productions-1997, 144 p., 200 illustrations
- G. Pillement, « Victor Vignon, l'impressionniste méconnu » in L'Amateur d'Art, n° 51619, avril 1973
- S. Astic, Victor Vignon, un peintre du XIXè siècle à dcouvrir » in Vivre en Val d'Oise, n° 74
- Collectif, Art impressionniste, ensemble de photographies de la collection Gilles Dufour, Christies, 2004
- Sophie Monneret, L'Impressionnisme et son époque, vol. 2, t. I, Paris, Robert Laffont, 1987, 997 p. (ISBN 2-22105412-1)
- Sophie Monneret, L'Impressionnisme et son époque, vol. 2, t. II, Paris, Robert Laffont, 1987, 1185 p. (ISBN 2-22105413-X)
- Pascal Bonafoux, "Les 100 tableaux qui ont fait l'impressionnisme". Editions du Chêne, 264 pages, 15 Octobre 2014

Site Web sur Victor Vignon

- Biographie, oeuvres expositions et bibliographie

- Biographie, oeuvres et bibliographie

- Wikipedia (néelandais) : 10 œuvres présentées

- The Athenaeum : 27 tableaux présentés.

- Web Galley of Art : 2 tableaux présentés

- The Web Gallery of Impressionism : 12 tableaux présentés

- Wikimedia : 27 tableaux présentés


Entrée au village de Victor Vignon, 1874

Entrée au village, 1874
Coll. Part.

Paysage, promenade estivale de Victor Vignon

Paysage, promenade estivale
(Huile sur toile 27,5 x 35,3 cm)
Musée des Beaux-Arts de Reims
(En dépôt actuellement, au musée de
Villers-Cotterets)

Les Châtaigniers un soir d'hiver, vers 1878

Les Châtaigniers un soir d'hiver, vers 1878
(Huile sur toile, 81 x 100 cm)
Coll. Part., U.S.A.

Deux femmes à la charrette de fleurs de Victor Vignon

Deux femmes à la charrette de fleurs
Coll. Part.

Meules de foin avec vue sur le village de Victor Vignon

Meules de foin avec vue sur le village
Coll. Part.

Nature morte aux oranges de Victor Vignon, vers 1880

Nature morte aux oranges, vers 1880
(Huile sur toile, 33,7 x 41,9 cm)
Baltimore Museum of Art

Paysanne aux champs de Victor Vignon, 1882

Paysanne aux champs, 1882
Musée Faure, Aix-les-Bains

Elégante dans le paysage de Victor Vignon

Elégante dans le paysage
Coll. Part.

Falaises de Normandie de Victor Vignon

Falaises de Normandie
Coll. Part.

Bords de l'Oise dans le Vexin de Victor Vignon

Bords de l'Oise dans le Vexin
Coll. Part.